La grande nocturne

2013

 
 

Première le 24 octobre aux Brigittines à Bruxelles.



     «La grande nocturne » est une apparition, habitante de la nuit, à la foi floue et étincelante, décrite en douze points par Fernand Dumont dans l’un de ses poèmes. La chorégraphe convoque la poésie sur scène, à travers la voix de Dominique Grosjean et lui fera prendre le train de la danse, affirmée comme  traduction chorégraphique poétique.  L’utilisation de masques accentuera la théâtralisation du propos, coutumière de Julie Bougard, sans toutefois supplanter le langage chorégraphique.



    Une scène sombre baignant dans la brume et l’impalpable... La Grande Nocturne y repose parmi les pièges de la nuit. Elle rêve, elle cauchemarde, elle fuit, elle tremble. Silence.


Le spectacle voyage entre ombre et lumière, se faufile dans le caché. Cette création en solo emmène le spectateur dans un jeu de miroirs sans fin où les frontières du réel se sont évanouies, où la Mort nous susurre des mots doux à l’oreille.  Un univers très imagé, baigné par les textes de Fernand Dumont et d’Achille Chavée, par les poètes surréalistes belges et leur engagement libertaire, et dans lequel Julie Bougard se meut avec humour et naturel.